Des sports toujours discriminants pour les personnes vivant avec un handicap aujourd’hui ? - Université Rennes 2 Access content directly
Journal Articles Alter : revue de phénoménologie Year : 2012

Do sports always discriminate people living with disabilities?

Des sports toujours discriminants pour les personnes vivant avec un handicap aujourd’hui ?

Abstract

Sports and physical activities do not spontaneously offer the view of particularly discriminatory spheres. It is however worth reflecting on the discrimination issue and how people living with disabilities take part in sports and physical activities and certain recreational and entertainment activities. The issue is examined through an analysis of the regulations which were established during the 1990s “dwarf tossing competitions” controversy. Then the analysis focuses on the sports practice settings intended for people with disabilities which have gradually been put in place during the 20th century: the “Silent International Games” for the deaf and hard-of-hearing since 1924, and since the 1960s the “Paralympic Games” and the “Special Olympics Games” intended for “mentally challenged athletes”. These Olympics continue to be the poor relations to the sports movements in terms of budget, of coaching and administration, and of media coverage. The concept of “ableism” used in the Anglo-Saxon analyses indicates a bias in the programs that are precisely supposed to integrate people living with disabilities. The relevance of the concept allows sociological analyses to take account, beyond physical pain, of the suffering of ostracized people who continue individually and collectively to face barriers, injustice and humiliation in their sporting life.
Les sports et plus largement les activités physiques et sportives (APS) n’offrent pas spontanément le visage de sphères particulièrement discriminatoires. La question discriminatoire au regard de la participation des personnes vivant avec un handicap (PVAH) aux APS et à certaines activités de loisirs et de spectacle mérite cependant réflexion. Elle est d’abord examinée en analysant les régulations qui se sont opérées au cours même de la controverse suscitée par les compétitions de lancer de nains dans les années 1990. Puis, l’analyse se concentre sur les modalités de pratique sportive adressée aux PVAH qui se sont régularisées progressivement au cours du XXe siècle : « Jeux Silencieux Internationaux » pour les sourds et malentendants depuis 1924, et depuis les années 1960, « Jeux Paralympiques » et « Jeux Olympiques spéciaux » ouverts aux « athlètes vivant avec une déficience intellectuelle ». Ces olympiades demeurent les parents pauvres des mouvements sportifs en termes de budget, d’encadrement, de médiatisation. Le concept de « validisme » (ableism) utilisé dans les analyses anglo-saxonnes indique un biais des programmes censés intégrer justement les PVAH. La pertinence du concept permet aux analyses sociologiques de mieux prendre en compte, au-delà des douleurs physiques, les souffrances des personnes ostracisées qui continuent d’être individuellement et collectivement confrontées aux barrières, aux injustices et aux vexations dans leur vie sportive.

Dates and versions

hal-02171844 , version 1 (03-07-2019)

Identifiers

Cite

Stéphane Héas. Des sports toujours discriminants pour les personnes vivant avec un handicap aujourd’hui ?. Alter : revue de phénoménologie, 2012, 6 (1), pp.57-66. ⟨10.1016/j.alter.2011.10.002⟩. ⟨hal-02171844⟩
40 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More