Enfants placés et familles connectées : Approche socio-juridique de la correspondance familiale numérique - Université Rennes 2 Access content directly
Journal Articles Enfances, Familles, Générations Year : 2018

Enfants placés et familles connectées : Approche socio-juridique de la correspondance familiale numérique

Abstract

Research Framework : Socio-digital practices encourage in many ways various patterns of family ties, especially during events such as placement or changes in living areas (Pharabod, 2004). They stimulate a relationship distanced by the geographical remoteness by means of different digital devices. Therefore, we aim to explore the patterns of digital family correspondence under the light of placement cases and to observe the way the family links are built. Methodology : The survey and the in-field work have been built on two complementary lines : 1/ identify the means of digital family correspondence through semi-directive interviews with 18 children aged from 14 to 18 and 6 parents, 2/ understand the logic of regulation within the strict frame of the protective measure through interviews with 75 professionals : family assistant, ASE referents, educators, ASE managers and judges specialised in children protection. Objectives : Within the frame of placement (art. 375 of the French civil code), the child protection rules provide family links accommodations without considering socio-digital uses. The point is to observe how the family members are taking control of this under-ruled space to strengthen their relations or, on the opposite, to maintain a certain distance. From a socio-legal point of view, socio-digital uses will be put into perspective with the rights and duties of the family, from the child to his parents. Results : Our research highlights the ways of negotiation taking place within the emotional and moral dealings with « polymedia » (Madianou, 2014), building or moving spaces of autonomy and family roles. It also reveals different kinds of relationships in the siblings and in the family, with regards to the experiences of the family members during the placement measure. Conclusions : Without foreseeing the intensity of the established relationships socio-digital media contribute to maintaining family ties. The way of maintaining these distant relationships depend on shared experiences, placement experiments, and afferent stages. It is also the product of negotiated choices to maintain the links or, on the contrary, to loosen it. Contribution : This paper is based on the data collected during two research programs : exploratory research supported by the GIS M@arsouin (2014-2015) and the Pl@cement research supported by the Observatoire National de la Protection de l’Enfance and by the Mission de recherche Droit et Justice (2016- 2018).
Cadre de la recherche : Les usages socio-numériques contribuent à diversifier les modalités concrètes d'expression des liens familiaux notamment lors des réaménagements, tels que le placement ou les changements de lieux de vie (Pharabod, 2004) en activant, au travers des différents supports technologiques, la relation mise à distance par l’éloignement géographique (Douarin et Caradec, 2010). Dès lors, il s’agit d’appréhender les modes d’organisation de la correspondance familiale numérique à partir des situations de placement et la manière dont ces échanges structurent les liens familiaux. Objectifs : Dans le cadre des mesures de placement au titre de l’assistance éducative (art. 375 du code civil français), le régime de protection prévoit un aménagement des liens familiaux sans tenir compte des espaces socio-numériques. L’enjeu est donc d’observer comment les acteurs familiaux s’approprient ou pas cet espace faiblement régulé pour renforcer leurs liens ou, au contraire, maintenir une certaine distance. Avec un point de vue socio-juridique, les usages numériques des familles sont mis en perspective des droits et obligations familiales, des mineurs et de leurs parents. Méthodologie : Le travail d’enquête et de terrain s’est construit sur deux axes complémentaires : 1/ identifier les modalités de la correspondance familiale numérique par des entretiens semi-directifs menés auprès de 18 jeunes placés âgés de 14 à 18 ans et de 6 parents, 2/ saisir les logiques de régulation dans le cadre contraint de la mesure de protection par des entretiens réalisés auprès de 75 professionnels : assistants familiaux, référents ASE, éducateurs, cadres ASE et juges des enfants. Résultats : Notre recherche met en évidence les formes de négociation qui s’opèrent dans la gestion émotionnelle et morale des polymédias (Madianou, 2014) pour construire ou déplacer les espaces d’autonomie et les rôles familiaux. Elle présente également les différentes formes de configurations relationnelles dans la fratrie et dans la famille au regard des expériences des acteurs familiaux pendant la mesure de placement. Conclusions : Sans présager de l’intensité des liens construits, les médias socionumériques contribuent au maintien des liens familiaux. Les modalités de cette connexion à distance et les manières de faire famille sont à la fois fonction des expériences passées ensemble, du parcours de placement et des étapes afférentes, mais également des choix négociés pour tenir la relation ou, au contraire, la relâcher. Contribution : Cet article s’appuie sur les matériaux recueillis lors de deux programmes conventionnés : la recherche exploratoire Ticf@liens ayant bénéficié du soutien du GIS M@rsouin (2014-2015) et la recherche Pl@cement soutenue par l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance et par la Mission de recherche Droit et Justice (2016- 2018).
No file

Dates and versions

hal-02866705 , version 1 (12-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02866705 , version 1

Cite

Émilie Potin, Gaël Henaff, Hélène Trellu, François Sorin. Enfants placés et familles connectées : Approche socio-juridique de la correspondance familiale numérique. Enfances, Familles, Générations, 2018, 31. ⟨hal-02866705⟩
56 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More